L’école dentellière de Méteren

 

4e partie : L’école dentellière de 1936 à 1940

 

 

 

 

 

 

A5-16 : Les évènements postérieurs à 1935, une suite à envisager…

 

Faute d’avoir pu réunir pour l’instant suffisamment d’archives sur la période postérieure à 1935, nous sommes contraints de vous donner rendez-vous un peu plus tard, pour évoquer :

 

-      Le titre de Meilleure Ouvrière Dentellière de France décroché en 1936 par Yvonne LOOTEN (Bailleul), déjà distinguée par une médaille d’or à l’Exposition Départementale de 1933.

 

-      Le Grand Prix obtenu à L’Exposition Universelle de Paris en 1937.

 

-      Le cortège historique du 4 juillet 1937. (Voir les photos de l’ évènement en fin de chapitre)

 

- L’Exposition Internationale de New-York de mai 1939 (à octobre 1940) à laquelle l’ Ecole a participé à la demande expresse de W.N. Cromwell et qui s’est terminée après l’ invasion allemande de 1940.

 

 

A5-17 : Sainte Anne, patronne des dentellières

Sinte Anna Dag

 

Sainte Anne est la mère de la Vierge Marie et donc la grand’mère de l’Enfant Jésus. Dans la statuaire elle est souvent représentée apprenant à lire à Marie.

Le 26 juillet, jour de la Sainte Anne, patronne des dentellières (en même temps que des lingères, brodeuses, menuisiers, ébénistes, gantiers…et de la Bretagne), est un jour particulier dans la vie de nos jeunes apprenties méterennoises.

 

 

 

image002.jpg           image004.jpg

 

Images pieuses de Sainte Anne représentée :

à gauche, en qualité de patronne des couturières, lingères, dentellières…

à droite, apprenant à lire à Marie.

(Merci au site « Delcampe.net »)

 

 

Les jeunes dentellières en parlaient longtemps à l’avance car c’était pour elles l’occasion de réjouissances, de modestes voyages à la mer ou de l’autre côté de la frontière. Leur maîtresse usait de ces joyeuses perspectives pour entretenir leur zèle durant l’année.

 

a)       La fête de la Sainte Anne à Méteren en 1921 :

 

Dans une lettre du 1er août 1921 adressée à Paul Dislère, Président de l’œuvre du Retour au Foyer, Marguerite De Swarte, relate fidèlement le déroulement de cette fête à Méteren le 26 juillet 1921. Nous avons crû devoir reprendre ci-dessous l’intégralité de cette lettre-témoignage d’une vieille tradition qui semble avoir survécu à Méteren jusqu’en 1939.

 

 

 

« Monsieur le Président 

« Notre fête de Sainte Anne s’est passée joyeusement et a laissé  aux enfants un souvenir très agréable dont elles s’entretiennent encore en faisant des projets pour l’année prochaine.

« Dès la veille nos petites dentellières avaient emporté des brassées de fleurs dont elles ont fait des guirlandes pour orner la façade et l’intérieur de l’école. Une chaise, un carreau, un chevalet et l’aune étaient fleuris très gentiment, on se serait crû à une fête des fleurs. Le soir après le travail les dentellières du pays s’en sont allées admirer la gentille école qui leur rappelait leurs fêtes de jeunesse et toutes se réjouissaient avec leurs enfants, en évoquant leurs vieux souvenirs et en se remémorant leurs vieilles chansons flamandes. C’était d’un charme local délicieux.

« Le lendemain à 7 heures du matin, nos enfants et toutes les dentellières de Méteren ont assisté à une messe qu’elles avaient fait célébrer en l’honneur de Sainte Anne, puis elles se sont rendues à l’école en chantant leurs vieilles chansons. Là les attendait un bon déjeuner, du gâteau flamand et du chocolat, auquel elles ont fait honneur.

« Puis un camion-auto est venu les prendre pour les conduire à Ypres. Arrêt à Saint-Jans-Cappel pour prendre les dix petites dentellières et leur maîtresse. A Ypres, repas froid composé de sandwiches au jambon, gâteau flamand, poires et bière…Promenade dans les ruines.

« A trois heures, départ pour Poperinghe, visite de l’école de dentelles, cours donné par la Sœur maîtresse de dentelle, puis goûter en commun avec les 50 petites dentellières de l’école de Poperinghe, gâteau du pays avec tablettes de chocolat et bière. Ensuite rondes et chants dans la cour de l’école et à 7 heures la bande joyeuse remonte dans l’auto pour retourner à Méteren par Saint-Jans-Cappel … »

 

 

 

 

 

b) Le dernier témoignage d’une fête de Sainte Anne à Méteren le 26 juillet 1937

 

image006.jpg

 

Au premier plan, Marie Délie assise devant son carreau. Derrière de G. à D.

Volta Deutch, Madiana Deutch, Jacqueline Pirou, Jeannette Pirou, Hélène Loozen, maîtresse dentellière, Andréa,Decoster, Magda Deutch, Françoise Béhagel

 

 

 

 

 

c) On s’envoyait de jolies cartes à la Sainte Anne…

 

 

image008.jpg

 

d)       la mode des cartes postales avec dentelle :

 

Au début des années 1900 et jusque vers 1930 c’était faire preuve de bon goût que d’envoyer des cartes encadrées de dentelle en d’autres occasions que la Sainte Anne : ce pouvait être le cas pour la Sainte-Catherine ou pour tout autre événement.

Il arrivait que l’on confectionne une carte personnalisée ornée de véritable dentelle de Valenciennes, mais le plus souvent la dentelle était reproduite en photo.

La dentelle mécanique n’était pas en reste et les albums de collectionneurs spécialisés contiennent de nombreuses cartes à la gloire de cette industrie calaisienne. On trouvera ci-dessous des cartes illustrant cette mode.

 

(Les cartes ci-après sont issues de la collection de Jérôme Steenkiste)

 

image010.jpg

 

image012.jpg

 

image014.jpg             image016.jpg

 

 

 

e) Cartes à la gloire de la dentelle mécanique de Calais !!!

(Collection Jérôme Steenkiste)

 

image018.jpg

 

 

image020.jpg

 

 

image022.jpg           image024.jpg

 

 

 

 

f) Du côté des poupées dentellières

 

Certaines vieilles poupées dentellières étaient habillées de véritable dentelle comme sur la représentation ci-dessous :

 

image026.jpg

Collection J. Steenkiste

 

 

 

 

 

 

 

Nos poupées modernes sont moins élaborées

 

image028.jpg

 

Collection A. Debruyne

 

 

 

 

 

 

 

Non la photo suivante ne s’inscrit pas dans la série des poupées.  Il s’agit ici d’une fillette à la jolie robe de dentelle qui pose pour le photographe avec un carreau sur les genoux et un fuseau dans la main droite. Est-ce une gentille mise en scène ? Ou une très jeune apprentie précocement douée ?

 

 

 

Collection J. Steenkiste

 

 

                

Retour à : IV.1 Dentelles- Accueil et présentation

 

 

Suite : 5e partie : L’origine légendaire de la dentelle aux fuseaux